Nous vous en parlions il y a deux semaines : le digital a favorisé l’émergence de nouvelles scénographies, innovantes et créatives.

Aujourd’hui, le “tournant numérique” est une des questions centrales au sein des sociétés du monde entier ; il concerne donc naturellement les arts du spectacle.

Nous nous situons donc dans un contexte où “les mondes”, notamment celui du spectacle vivant, qu’il s’agisse du point de vue des institutions ou de celui des artistes, se remettent en question et tentent de définir et affirmer leur place au milieu de la déferlante digitale.

L’influence des nouveaux dans l’art et le divertissement est très forte et se retrouve dans le cadre d’événements grand public, festivals ou concerts. Au sein de ces événements culturels, les nouvelles technologies sont devenues un enjeu majeur dans les scénographies de spectacles vivants. Ainsi, de plus en plus de spectacles (en particulier musicaux) proposent des performances vidéos et des environnements interactifs pour des artistes de musiques actuelles, des danseurs, des acteurs… promettant au public une expérience multimédia inédite et un show hors du commun.

Paul Lerchbaumer - Berliner ensemble
Paul Lerchbaumer – Berliner ensemble
Photo: Soren Knud
Photo: Soren Knud

En ce qui concerne l’événementiel musical, en particulier dans les musiques électroniques, les artistes ont de plus en plus recours au numérique afin de produire non plus une œuvre uniquement musicale mais une expérience audiovisuelle complète. Certains artistes procèdent eux-mêmes lorsqu’ils ont également une formation de graphiste ou expérimentent en autodidacte, tandis que d’autres font appel à des artistes pour créer une animation visuelle ou une installation.

Au delà de l’évolution technologique qui favorise cette tendance, il faut aussi prendre en considération la réelle mutation de la filière économique de la musique, qui, notamment en réaction à la crise commerciale qu’elle a traversé, déploie des efforts croissants en matière de spectacle et d’événementiel en intégrant de plus en plus la création numérique et visuelle aux œuvres musicales ou aux environnements festifs.

Etienne de Crecy, "pionnier" de la scénographie digitale
Etienne de Crecy, “pionnier” de la scénographie digitale
Muse - Drones Tour (par Moment Factory)
Muse – Drones Tour (par Moment Factory)

Lieu d’entertainment par excellence, le “club” est également devenu le berceau d’une petite révolution dans le domaine de la scénographie et du stage design. Un espace où innovations artistiques et nouvelles technologies accouchent d’une forme de création inédite mêlant événementiel, art visuel, industries créatives et musique électronique. En présentant au public des installations – parfois éphémères – qui s’appuient sur une nouvelle utilisation de la lumière et des technologies légères émergentes dans ce domaine (LED, lasers, DMX), le clubbing semble plus équipé que jamais pour transcender une expérience jusqu’ici essentiellement sonore.

1024 Architecture
1024 Architecture

La culture digitale a su dépasser le cadre assez proche de la musique électronique. Désormais, les formes traditionnelles de la musique et même l’opéra “numérisent” leurs scénographies, comme actuellement pour Don Carlo à l’opéra de Strasbourg.

"Everest", The Dallas Opera, Stage design par Robert Brill.
“Everest”, The Dallas Opera, Stage design par Robert Brill.

Ces évolutions touchent d’autres disciplines, comme la danse ou le théâtre. La frontière est ténue entre la scénographie et ce que l’on appelle le “spectacle augmenté” (en anglais “augmented performance” ou “augmented performing arts”). Ce terme fait référence aux spectacles qui ont lieu sur scènes et font intervenir des technologies numériques. On emploie également le terme de scène augmentée (“augmented stage”).

Parmi les praticiens du théâtre les scénographes ont un rapport privilégié avec les nouveaux outils. Utilisant aujourd’hui, à l’instar des architectes, des logiciels 3D pour fabriquer des scénographies, ils ont été précurseurs pour discerner les potentialités de ces outils qui permettent l’exploration de nouveaux territoires de la création. Le scénographe devient le chef d’orchestre de tous ces outils et peut se placer au coeur du processus de répétition, redéfinir l’espace et le temps de la scène (plutôt que d’élaborer une scénographie sur une scène prédéterminée), et enfin déterminer les procédures de communication avec le public.

Anarchy Dance Theater
Anarchy Dance Theater

En résumé, les possibilités sont infinies. Un article de l’IETM donne d’ailleurs un aperçu assez exhaustif des nouvelles formes que peut revêtir le spectacle vivant à l’ère du numérique.
Ce segment du marché de la création numérique est encore en phase d’expansion. Les innovations technologiques permettent d’entrevoir une croissance sur les années à venir ; beaucoup de choses ont déjà été faites mais bien d’autres concepts vont voir le jour. La tendance va continuer à s’accentuer sur les prochaines années. L:ED entend bien explorer ces profondeurs insoupçonnées pour vous accompagner dans la réalisations de scénographies, numériques, immersives ou interactives.

Vous avez aimé ?