Comme nous vous l’indiquions dans un précédent article, L:ED a eu l’immense plaisir d’embarquer pour le Portugal, pour la deuxième année consécutive, pour participer au festival FONLAD.

Le Festival FONLAD a été créé dans le but de promouvoir la recherche et la pratique des nouveaux médias dans l’art contemporain. Dans cette optique, ont été organisés depuis 2005 expositions, arts vidéos, projets d’installation vidéo, expositions en ligne, résidences et activités de formation afin de diffuser et encourager les artistes à développer le travail dans les nouveaux médias.

 

Affiche FONLAD 2016
Affiche FONLAD 2016 : le programme complet

De retour après ces semaines très denses, l’heure est désormais au bilan. Voici donc le report de cette participation.

Et quoi de mieux pour entamer ce report que le podcast de l’émission “Culturama, de la RUC ( Rádio Universidade de Coimbra). Après une présentation (en portugais) par José Vieira (directeur du FONLAD), Dorianne a alors évoqué (dans un franglais impeccable) sa participation au festival avec L:ED.

 

Tout s’est alors enchaîné très vite avec une participation au “Ciclo Formas” dans le magnifique auditorium du conservatoire de musique de Coimbra.

forma ciclo
Affiche “Ciclo Formas”

 

L:ED a été commissionné pour proposer une soirée intégrant vidéo, installation digitale et spectacles vivants pour clôturer cet événement qui s’est tenu pendant tout le mois de mars.

 

Des conditions idéales pour présenter son travail.
Des conditions idéales pour présenter son travail.

 

La soirée a été entamée par la projection d’une série de vidéos réalisée par le laboratoire. Vidéo clip, extraits de VJ sets, vidéos expérimentales… un programme éclectique qui a permis de montrer la variété de notre production audiovisuelle. Le lieu était également idéal pour apprécier le travail de spatialisation sonore. En résumé, L:ED, cela s’apprécie aussi sur très grand écran !

 

Projection vidéo
Projection vidéo

Puis, le public a pu profiter de l’installation Echoes.

Pour rappel, cette installation avait été créée sur mesure l’an dernier pour être présenté dans là la Santa Clara-a-Velha Monastery, un lieu absolument magnifique, chargé d’histoire.

Echoes est un système de vidéo interactive réactif au déambulation du public. Il s’agissait de transformer le spectateur en un acteur, qui, comme un magicien, réveillerait les murs endormis en le peignant virtuellement avec son propre corps… Cette installation réagit à la présence de personnes dans sa zone de captation, leurs mouvements affectent alors la projection créant des effets visuellement intrigants.

Cette année, l’installation a donc été spécialement réadaptée pour intégrer la scénographie d’un spectacle vivant. En effet, une danse improvisée par Maria do Mar Vieira a permis à “Echoes” de rentrer dans une nouvelle dimension. A travers ses mouvements, elle a pu activer et créer la forme et les couleurs de l’oeuvre. Ces formes et couleurs faisaient alors écho aux captations de mouvement, aux silhouettes, aux lumières, aux couleurs …

 

 

 

Au final, une performance onirique, survoltée et hypnotisante, très appréciée par le public… qui en est monté sur scène pour profiter, à son tour, de cette installation interactive et ludique, entre jeu et expérimentation, dont l’impact visuel est à la fois dynamique et spectaculaire.

 

echoes2016-2
Le public sur la scène de l’auditorium, qui profite de l’installation Echoes

 

echoes2016-3
Le public sur la scène de l’auditorium, qui profite de l’installation Echoes

 

Enfin, une surprise était réservée aux participants avant que ceux-ci ne quitte la salle. En effet, une nouvelle installation interactive du laboratoire, “Stand still” a été proposée en exclusivité. Elle avait été discrètement intégrée dans un couloir menant aux accès vers le hall principal. Pris au jeu, une partie du public s’est longuement arrêtée pour profiter de cette intrigante captation qui brouille les images et le temps.

 

 

Suite à cette entrée en matière très riche, L:ED s’est ensuite rapidement tourné vers une autre oeuvre commissionnée par le festival: une oeuvre mêlant arts numériques et arts vivants, qui se tiendrait dans le ravissant Teatro Esther De Carvalho dans la splendide ville de Montemor O Velho .

Teatro Esther De Carvalho
Teatro Esther De Carvalho

 

Teatro Esther De Carvalho
Teatro Esther De Carvalho

 

De cet espace atypique a émergé le concept de notre nouvelle création : “Matilda”.

Au menu : de longues heures de recherche pour raconter l’histoire de cette “Matilda”; des expérimentations en soundscaping; des explorations visuelles à travers le développement de projections interactives et génératives; des recherches scénographiques pour créer une ambiance immersive et holographique pour donner vie à “cette berceuse numérique”.

Autant dire que les journées ont été très longues (ou les nuits très courtes, au choix).

Bien que nous n’avions que 10 jours pour relever ce défi, nous avons pimenté notre emploi du temps en proposant une toute nouvelle installation : “Deepest Frame”.

Flyer Deepest Frame
Flyer Deepest Frame

Le but? Au détour d’un couloir, le public voyait une toile de peinture vierge progressivement s’animer. A l’aide de lunette 3D et un jeu de mapping, le spectateur était alors comme absorbé par ces projections qui semblaient venir à lui et l’envelopper. Cette nouvelle installation a été fortement appréciée, tant et si bien qu’elle devrait être rapidement proposée dans le cadre de nouveaux événements.

Deepest Frame
Deepest Frame

 

Deepest Frame
Deepest Frame

 

 

Puis le jour de la clôture du festival est rapidement arrivé et le temps fut déjà venu pour L:ED de proposer la présentation de sa création “Matilda”.

 

Flyer Matilda
Flyer Matilda

Les éléments corporels, visuels et sonores se sont mêlés pour créer une performance complète, où rêve et réalité s’entrecroisent, où la personnalité individuelle s’incarne progressivement jusqu’à son paroxysme. Après avoir interagi avec les éléments, avec elle même puis avec l’extérieur, Matilda parviendra-t-elle à vaincre cette lutte pour exister? Dans ce tourbillon, le spectateur peut laisser libre court à son imagination et apporter sa propre interprétation à cette création.

Voici les premières images de cette création. D’autres devraient suivre très prochainement.



Et c’est ainsi qu’après plus de 15 jours de labeur, L:ED revient ravi, pleins de nouveaux projets dans son catalogue. Nous avons hâte de vous les proposer.
Vous souhaitez les voir près de chez vous? N’hésitez pas à nous contacter !

Vous avez aimé ?