Y a un bug!“, c’est so nineties. Aujourd’hui, on dit plutôt “Y a un glitch!”. Un petit changement de terme qui a pourtant un sens profond : si le bug désigne une erreur dans une fonctionnalité, le glitch a plutôt rapport avec l’affichage d’un programme. Or, malgré nos râleries et notre impatience, la fiabilité et la capacité des technologies est désormais telle que les seules erreurs qu’il nous reste à remarquer ne sont presque toutes graphiques.

Pour autant agaçants qu’elles soient, ces petites imperfections sont l’occasion pour l’esprit d’humaniser la machine, de nouer des relations, comme avec une personne qui nous attire par sa beauté ou son intelligence, mais nous attache par ses défauts ou comme un objet dont les défauts font l’originalité et les failles sont la marque d’un vécu commun. Nos vies étant de plus en plus étroitement liées aux technologies, on commence à prendre conscience et à apprécier la beauté de ces mêmes petites failles dans les objets du monde numérique.
Peut-être est-ce là l’origine du glitch art : donner du sens aux technologies qui nous échappent ainsi que créer du lien avec l’immatériel et ce qui reste d’humain dans la machine?
glitch-2
L’art du glitch, c’est l’esthétisation de l’erreur, de l’imperfection numérique. C’est capturer le résultat d’une erreur digitale ou s’inspirer de son esthétique voire même la provoquer pour en recueillir les fruits. Le glitch art permet de partager et d’évoquer une expérience commune face au numérique. Qui n’a jamais vu les effets saisissants d’une mauvaise transmission digitale?

Cette esthétique renvoie également à la nostalgie d’un passé récent où ces erreurs étaient plus fréquentes, lorsque nos communications et technologies étaient «imparfaites»…

…mais peut-être plus sympathiques et conviviales. Vous vous souvenez de l’époque où la perche à selfie répondait au doux nom de Photomaton? Nous, oui. Donc chez L:ED, nous avons combiné notre goût du hacking et ses nombreux glitches avec notre nostalgie pour créer le Glitch-O-matiC : une nouvelle animation digitale avec le Glitch-O-matiC qui utilise les technologies digitales pour mieux les détourner. L’installation s’utilise comme une cabine de photos d’identités classique : les utilisateurs lancent la prise de vue. Mais l’appareil photo relié à un ordinateur qui insère des erreurs et « glitche » la photo pour un rendu unique, coloré et forcément surprenant!
Un réflex, une bonne optique, un script performant, l’imprimante qui va bien et le tour est joué : vous pouvez vous aussi surfer sur la vague actuelle du digital art et l’attrait pour le rétro.
GOM13
Nous vous proposons différentes formules : impression sur place, téléchargement, insertion de votre logo et de votre message sur les photos, installation temporaire pour un événement ou définitivement chez vous… tout est possible!
GOM2-logo

 

Vous avez aimé ?