Ubérisation, disruption. Les mots de la rupture sont sur toutes les lèvres.
Après avoir tétanisé les entreprises, le sujet a même envahi le paysage politique depuis l’élection d’Emmanuel Macron jusqu’au face à face explosif de ces dernières semaines avec les gilets jaunes.
Mais pourquoi les grandes entreprises, qui sont bousculées sur leurs marchés traditionnels, peinent tant à trouver des relais de croissance grâce à l’innovation de rupture ? Et comment aborder ce sujet si on est un intrapreneur ou un corporate hacker ?

Éléments de réponses en trois temps.

 

Quoiqu’elles en disent, l’innovation de rupture n’intéresse pas vraiment les grandes entreprises

 

Le phénomène a été analysé par Clayton Christensen il y a 20 ans, mais il reste encore largement méconnu.

Les grandes entreprises ont naturellement tendance à écouter leurs clients qui leur demandent des produits plus performants. Elles sont donc organisées pour proposer de l’innovation incrémentale. Les produits qu’elles proposent sont alors plus chers, ce qui améliore leur marge. Pensez qu’avant les soldes, on devait débourser plus de 1000 euros pour un iPhone X !

 

innovation incrémentale

Lorsqu’elles recherchent des relais de croissance, elles comparent le marché potentiel avec leur chiffre d’affaire existant. Et elles filtrent donc les opportunités pour ne retenir que les plus importantes, là où elles pourront introduire des produits à forte marge.

Malheureusement, c’est tout le contraire de l’innovation de rupture qui visent essentiellement des non-clients avec une offre moins performante.

Donc de par leur taille et le poids de leur structure, les grandes entreprises ne sont pas du tout attirées par l’innovation de rupture qui propose un marché hypothétique pour des marges plus faibles.

Ce qui laisse le champ libre aux startups. C’est ce que Clayton Christensen appelle l’asymétrie de motivation.

Asymétrie de motivation et asymétrie de compétence

 

Le problème, c’est qu’en général, les possibilités techniques évoluent plus vite que les besoins des utilisateurs, donc les startups qui se sont positionnées sur l’innovation de rupture vont graduellement améliorer leur produit jusqu’à venir concurrencer le grand groupe sur son marché traditionnel.

 

innovation de rupture

Et si les startups ont profité de leur croissance pour développer des compétentes uniques, lorsque les grands groupes voudront réagir, il sera trop tard. C’est ainsi qu’Amazon a lancé AWS qui, au deuxième trimestre, a représenté 12% de son chiffre d’affaire et 63% des bénéfices.

Cette asymétrie de compétence vient du fait que l’innovation de rupture modifie en général la chaine de valeur. Netflix, par exemple, s’appuie sur les comportements des abonnés pour proposer du contenu exclusif ciblé alors que les chaines de télévision n’ont qu’une idée très floue du comportement des téléspectateurs.

Comment malgré tout apporter de l’innovation de rupture dans les entreprises ?

 

Les entreprises sont prises dans une terrible contraction. Elles savent qu’elles doivent innover et en même temps, elles multiplient les process et les KPI qui découragent toute prise d’initiative. Toutes ? Non, ils restent des irréductibles non déclarés, les corporate hackers, déterminés à faire bouger les choses. Précisons que les corporate hackers détournent des moyens de l’entreprise pour créer de la valeur au-delà de leur mission (lire Corporate hacking: quelques clés pour changer une entreprise de l’intérieur), c’est donc de la déviance positive.

 

corporate hacker

Certaines entreprises favorisent même ces comportements en les encadrant dans des programmes d’intrapreneuriat (lire 3 conseils pour tirer le meilleur d’une expérience d’intrapreneur).

Donc, si vous pensez que votre idée ou votre projet est potentiellement disruptif, voici quelques conseils :

  • Commencez petit. Ne chercher pas à jouer trop vite dans la cour des grands, car ça donnera l’avantage aux marchés connus, donc à l’innovation incrémentale.
  • Faites rapidement du profit. Les premiers clients vont vous donner des retours d’expérience et ensuite vous devrez travailler votre capacité à croître avec de faibles marges. Bien sûr, ça ne tiendra pas compte des coûts de structure qui seront de toute façon trop élevés.
  • Soyez aussi loin que possible et aussi proche que nécessaire. Sachez bénéficier des avantages du groupe tout en vous libérant progressivement de la structure. Ce dernier point est naturellement le plus difficile, et il vous faudra le bon niveau de sponsorship pour le traiter.

 

les 4 piliers de l'intrapreneuriat

 

J’ai bien sûr conscience que ces quelques suggestions sont largement insuffisantes au regard des enjeux que vous allez rencontrer, aussi n’oubliez pas de vous ménager plusieurs options (Antifragile: 3 conseils pour résister à l’adversité).

Et si vous voulez partager vos doutes et vos succès, vous pouvez rejoindre une association comme les Hacktivateurs, vous serez bien accueillis.

 

Dominique Van Deth

 

Site internet

LinkedIn 

Twitter

Consultant en innovation, Dominique aide les entreprises à proposer des programmes attractifs pour les startups et pour les collaborateurs. Il accompagne également les startups dans leur croissance. On peut également le retrouver sur Quora.

Vous avez aimé ?